Bien être de l'esprit Développement personnel

« Pourquoi tu pleures ? » {Comprendre l’hypersensibilité}

Hyper quoi ?

Avant tout chose, il convient de définir l’hypersensibilité et de balayer d’un revers de la main les amalgames qui y sont rattachés ; 

Tout d’abord, l’hypersensibilité n’est pas une maladie mentale, ni une pathologie que l’on soigne. On ne pose pas un diagnostic psychologique de l’hypersensibilité. Cependant, nous pouvons dire qu’il s’agit d’un trait de caractère commun à environ 20% de la population mondiale. Ensuite, être hypersensible ne signifie pas être « fragile », mais être doté de façon inée d’une sensibilité exacerbée. Cela ne signifie pas non plus qu’on est introverti et encore moins que nous sommes anormaux (même si sur ce point, on s’accordera à dire qu’on se sent constamment en décalage avec les autres). Attention également à ne pas corréler systématiquement l’hypersensibilité et la surdouance (Haut Potentiel Intellectuel). Les HP, qui représentent à eux 2% de la population mondiale, sont souvent hypersensibles mais tous les hypersensibles ne sont pas HP. 

En très grossièrement, être hypersensible c’est ressentir tout, tout le temps, dans des proportions parfois (souvent) démesurées. Bref, c’est les montagnes russes.

Suis-je hypersensible ?

Souvent, on associe l’hypersensibilité au fait de pleurer tout le temps, ou de ne pas supporter une scène de violence sur son écran de télévision par exemple. Hors, il s’agit là d’un gros cliché (je peux en témoigner). Il existe autant d’hypersensibilités que de personnes. Nous pouvons cependant établir une liste non-exhaustive de caractéristiques communes aux personnes hypersensibles ;

Être une éponge émotionnelle : l’hypersensibilité ouvre la porte sur l’empathie. En tant qu’hypersensible la personne aura tendance à capter les énergies qui l’entourent, positives comme négatives, et absorber les émotions des autres. Les hypersensibles sont pour cette raison dotée d’une grande écoute et intuition. Cela engage souvent la recherche de liens relationnels forts avec les autres, mais également parfois (souvent) de grandes déceptions lorsque les liens se brisent. 

Avoir un monde intérieur riche : les hypersensibles ont beaucoup d’imaginations et sont intellectuellement curieux. L’analyse est au coeur de leur mode de pensées. Cela peut mener à beaucoup d’auto-réflexions et de questions existentielles dès le plus jeune âge. Donner du sens à leur existence est un réel besoin. Cela entraîne très souvent des attentes élevées sur soi et les autres et à un certain perfectionnisme. Derrière tout ça se cache bien souvent un manque d’estime de soi et un besoin crucial d’être aimé par les autres. 

Être en retrait : toutes les hyperstimulations ressenties par la personne l’épuise par moment. Les relations aux autres, notamment, vident émotionnellement une personne hypersensible. Elle va alors souvent ressentir le besoin de s’isoler pour se reconnecter à son monde intérieur et faire le point sur ses propres ressentis, sans interférences. Mais aussi bien souvent pour pouvoir apaiser un état anxieux lorsque les stimulis deviennent trop importants. C’est très souvent incompris des autres et associé à de l’asociabilité, hors il n’en est rien. Au contraire, l’hypersensible aime avoir des liens forts et s’en nourrir positivement. 

Avoir les sens en ébullition : très souvent les hypersensibles ont, en plus d’une hypersensibilité émotionnelle, un ou plusieurs de leurs sens exacerbés (ouïe, goût, odorat, sens vestibulaire, vue et toucher). Cela dépend de chaque personne et du degré d’hypersensibilité. 

Il existe très certainement une multitudes d’autres critères. 

Un fardeau ?

Lorsque nous n’avons pas conscience de ce trait, oui c’est un fardeau. On se traine tous ces ressentis comme des boulets aux chevilles, sans en comprendre le sens, sans savoir comment tout contenir sans que cela nous explose au visage (ou à celui des autres…). On prend tout personnellement, on fais une montagne d’un rien, on absorbe  littéralement les humeurs des autres au point ou nous fusionnions parfois avec ces autres. Les gens heureux nous rendent heureux, les gens malades nous rendent malades.. On est nourris par toutes ces énergies qui nous traversent. Bref, on passe constamment d’une émotion à l’autre, on est instable. Cette différence isole, nous fais souffrir, on est trop profond, trop éveillé, trop en ébullition, trop tout. Et puis ? Un jour on se décide à cultiver tout cela et on en fais une force. C’est un long chemin vers la compréhension et l’acceptation. L’hypersensibilité est une qualité dont vous devez être fière.  

Un grand merci à toutes les personnes qui continuent de suivre mon blog, malgré mon incapacité à publier plus régulièrement…! 


Le blog est aussi sur PINTEREST

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *